Agenda


Samedi 20 janvier
Bibliothèque Paroissiale
10 rue de la Verrerie au Creusot

Dimanche 21 janvier
Noël de la communauté orthodoxe russe du Creusot

Mardi 23 janvier 20:30
Rencontres post-synode
Espace Epiphanie, 18 rue St Henri au Creusot

Mercredi 24 janvier 14:30
Rencontres post-synode
Salle St Joseph (6 rue Guynemer au Creusot)

Mercredi 24 janvier 19:00
Célébration pour l’Unité des Chrétiens
Chapelle Notre Dame du Travail, Bd de la Mouillelongue à Torcy

Vendredi 26 janvier 17:00
Parcours biblique
Espace Epiphanie, 18 rue St Henri au Creusot


Tout l'agenda
Pour pouvoir afficher et utiliser le menu de ce site :
- Une version récente de Flash Player doit être installée sur votre ordinateur.
- Votre navigateur doit être configuré pour pouvoir utiliser Javascript.

Accueil du site > Actualités > ECHOS de..... la Soirée-Colloque à (...)

Actualités


ECHOS de..... la Soirée-Colloque à l’occasion des 500 ans du commencement de la Réforme Protestante



Publié le 2 novembre 2017

Le Père Frédéric Dumas, prêtre catholique, le pasteur protestant Jean Dietz, le pasteur évangélique Cédric Pamen ont animé un colloque intitulé "Etre chrétiens ensemble depuis 500 ans". Une bonne cinquantaine de participants ont assisté à ce colloque le mercredi 25 Octobre 2017 de 20H à 22H30 à la salle du presbytère protestant, 36, Rue de Nevers au Creusot.


Le Père Dumas a cherché à retracer les grands événements ayant marqué la vie de l’Eglise catholique romaine. Même si l’Eglise est installée dans un système social et politique stable pendant cinq ou six siècles en ayant le souci de ne rien perdre de la Révélation, elle subira des sursauts dûs à la Réforme, au sac de Rome par Charles Quint. La période de l’Humanisme et de la Renaissance ouvre une ère nouvelle qui remet en cause la stabilité ancestrale de la société médiévale. Des courants progressistes se manifestent contre le conservatisme des pouvoirs. Le grand Concile de Trente, 19è concile œcuménique reconnu par l’Eglise catholique, est convoqué par le Pape Paul III le 22 Mai 1542. Il se déroule entre le 13 Décembre 1545 et le 4 Décembre 1563 pour apporter des réponses doctrinales aux théories protestantes et réforme la discipline interne de l’Eglise catholique : justification, transsubstantiation, péché originel, purgatoire, culte des reliques, sept sacrements. L’Eglise montre ainsi sa réactivité pour proposer une contre-réforme, même si dans l’affaire Galilée (1564-1642), elle attendra 190 ans pour réhabiliter le physicien et astronome. Elle peine à entrer dans la modernité. Il faudra attendre la fin du XIXè siècle pour que s’amorcent des signes d’un dynamisme plus marqué par rapport à la condition ouvrière (Rerum Novarum, pape Léon XIII), par rapport au ralliement de l’Eglise à la République (Inter Sollicitudines, idem). En d’autres temps, la Compagnie des Jésuites fondée en 1539 peut être considérée comme un courant de renouveau spirituel. Plus proche de nous, le Concile Vatican II (1962-1965) du pape Jean XXIII fut au XXè siécle, un moment fort et capital pour réaliser une ouverture au monde moderne et à la culture contemporaine, prenant en compte les progrès technologiques, l’émancipation des peuples et la sécularisation croissante.

Le pasteur évangélique Cédric Pamen retrace la naissance et l’évolution du mouvement évangélique à partir de la lecture de l’évangile de Luc et l’attente de l’effusion de l’Esprit-Saint de la Pentecôte. Il rappelle l’expression au 3è siècle d’hérésies et de fausses doctrines et le déclin des dons de l’Esprit et des charismes. Il reconnaît que 1517 évoque un bon terreau pour le renouveau spirituel, puis au fil des siècles, les figures emblématiques de Charles Fox Parham (1873- 1929), prêcheur américain qui fonde une Ecole biblique à partir du Livre des Actes des Apôtres et du baptême dans l’Esprit. L’action de Douglas Scott (1900-1967), britannique, pionnier du mouvement pentecôtiste et principal fondateur des Assemblées de Dieu en France, se développe en France, en Suisse, Belgique. Les protestants évangéliques sont 619 millions en Amérique latine, Amérique du Nord, Asie, Afrique, etc…Ils représentent les 2/3 du protestantisme mondial et 1 chrétien sur 4. La formation d’un pasteur comprend soit 3 années de probatoire et l’étude de 10 dossiers théologiques, plus 4 années de stage, soit 2 années à l’institut de théologie biblique de Léognan, au sud de Bordeaux pour obtenir un certificat en théologie et une licence en théologie sur 3 ans. Le pasteur gallois pentecôtiste Thomas Roberts a débuté son ministère dans la Drôme, puis à Chalon sur Saône avant de s’établir à Paris. Il est une figure du renouveau charismatique à la recherche de l’unité visible du monde protestant en France.

Le pasteur Jean Dietz définit les courants de la Réforme et les questions qui ont agité le XVIè siècle. Il signale le massacre de 300 000 personnes en Allemagne dès 1525 à cause de la Réforme. Fallait-il créer le mouvement luthérien tout de suite et maintenant ? Est-ce que l’Esprit-Saint peut se répandre en dehors des Institutions ? Thomas Müntzer (1489-1525) est un prêtre itinérant, chef religieux de la guerre des paysans en Allemagne au XVIè siècle, il est partisan de la Réforme radicale. La religion doit-elle être indépendante ou s’exercer main dans la main avec le Prince ? Ulrich Zwingli fut nommé prédicateur de la Collégiale de Zürich en 1519 ; Il critiqua la dîme ecclésiastique et l’interdiction du mariage pour les prêtres. Il publia en 1525 De la vraie et de la fausse religion pour propager la Réforme de Zürich à Berne. Partisan de rebaptiser les chrétiens, il condamnait le baptême des enfants et développa le courant anabaptiste. La compréhension de « ceci est mon corps » au cours de l’Eucharistie divisa le courant réformateur entre les partisans d’un mémorial de la Cène du Christ favorables à Zwingli qui considèrent que la présence réelle de Jésus n’est plus envisageable après l’Ascension et les luthériens qui ne donnent pas de signal de modernité en la matière. L’autre partition concerne l’Anglicanisme et aussi les questions relatives à la gouvernance entre congrégation et épiscopat, congrégation et fédération, pouvoir décisionnel attribué à une personne ou à un conseil de personnes. La modernité d’une théorie se mesure à la prise en compte de ces questions.

Jean Boulet, diacre engagé à la pastorale des migrants et délégué au renouveau charismatique diocésain, nous communique ses impressions personnelles : « J’ai apprécié, affleurant derrière leur exposé, le travail commun de préparation des trois pasteurs (puisque tout curé est aussi pasteur). J’ai aussi apprécié le caractère musclé qu’a pris le débat autour de l’âge du baptême dès lors que les organisateurs ont su éviter tout dérapage. Il est toujours bon d’écouter des jeunes chrétiens toniques même s’ils bousculent nos modes de pensée.
- parler du salut de l’âme, le sien et celui du frère que l’on pense dans l’erreur, cela ne peut nous choquer. C’est un vocabulaire que nous avons marginalisé depuis les années soixante mais qui nous était encore familier naguère. Et la réalité, le concept du salut garde tout son sens. Que des jeunes se soucient de mon salut ne peut que me réjouir, même si je n’ai pas l’intention de me faire rebaptiser. Actualiser chaque année ce sacrement au cours de la veillée pascale me suffit et, indirectement, ces jeunes m’encouragent à vivre plus intensément cette veillée.
- comme l’intervenant spontané, je n’ai bien sûr aucun souvenir de mon baptême à J + 4. J’y vois pourtant l’expression de la Foi de mes parents et de mes aïeux dont j’ai des témoignages concrets sur trois générations au moins. Mais les temps changent. L’importance du baptême des adultes nous concerne directement, nous les catholiques, à divers titres. Par exemple, dans la mesure où nos enfants ont interrompu cette chaîne de Foi nous vivons dans l’espérance et la prière pour que nos petits- enfants connaissent un baptême demandé par eux-mêmes. »

Notes prises au cours du Colloque par Jean-Louis Hivernat, diacre délégué à l’œcuménisme.



Dates / horaires / lieux / indications


  • Soirée Colloque à l’occasion des 500 ans du commencement de la Réforme Protestante
    Le mercredi 25 octobre 2017 de 20h00 à 22h30 - Presbytère protestant, rue de Nevers au Creusot