Pour pouvoir afficher et utiliser le menu de ce site :
- Une version récente de Flash Player doit être installée sur votre ordinateur.
- Votre navigateur doit être configuré pour pouvoir utiliser Javascript.

Accueil du site > Actualités > Jounée de l’Ascension

Actualités


Jounée de l’Ascension



Publié le 10 mai 2016


Le jour de l’Ascension, l’Amicale des pèlerins de Lourdes du Creusot a réuni, après l’Eucharistie, des personnes âgées, des résidents de différentes EHPAD, des personnes isolées, pour partager un repas simple mais convivial.

Ce repas a été servi au château de la verrerie. L’amicale remercie tous ceux qui les entouraient : soignants, hospitaliers ; membres de l’amicale ; autres bénévoles. Ils ont permis aux plus fragiles d’entre nous de passer une journée conviviale dans un cadre agréable. Cette journée permet de se rencontrer, de partager, de créer des liens en écho avec l’Amour proclamé dans l’Evangile. Le bienfait de cette journée pour toutes les personnes y ayant participé nous est remonté par des soignants, des accompagnants d’EHPAD. Les personnes invitées par ailleurs, manifestent également beaucoup de témoignages de satisfaction. 5 prêtres du Creusot entouraient nos invités. Nous les remercions pour leur présence. Au cours de ce repas, des billets sont proposés. Ils permettent de gagner le coût de transport du pèlerinage à Lourdes.

L’amicale du Creusot œuvre, comme les onze autres amicales du diocèse, pour permettre à de nombreuses personnes de partir en pèlerinage à Lourdes. Les pèlerinages diocésains accompagnent chaque année 100 malades en mai et 100 en juillet. Les hospitaliers, membres de l’hospitalité St Lazare, se mettent au service de ces malades bénévolement. Des émotions fortes sont au rendez-vous et l’amitié ne s’arrête pas le temps d’un pèlerinage. Si vous souhaitez partir à Lourdes comme hospitalier(e)s, valides etc... vous pouvez vous adresser au secrétariat des cures. Ils vous donneront les coordonnées des personnes pouvant vous renseigner.

ci après quelques photos du repas

PDF - 4.6 Mo

Vous pouvez lire l’homélie du Célébrant Louis Thuret

Quelques phrases de l’homélie de l’Ascension 2016 lors de la messe avec et pour les malades à l’église St Laurent du Creusot.

Jésus de Nazareth a vraiment partagé notre vie humaine. S’il n’a pas connu la maladie ou le handicap, il n’a cessé d’approcher les malades et de les guérir.


Notre foi est profondément incarnée et concerne les diverses dimensions de notre personnalité : notre corps avec ses capacités, ses blessures et sa beauté ; notre esprit capable de comprendre ou devenu plus lent ; notre âme qui fait l’unité de notre personne reste toujours à la recherche de Dieu, quelles que soient les circonstances et les limites de notre corps.


Le regard de Jésus sait déceler en chaque personne la blessure cachée ou l’angoisse de ne pas être aimé ou de se sentir exclu. -------------------------------------------------------------------------------- Vous qui êtes au premier rang de notre assemblée, vous souffrez d’être ou de devenir dépendants des autres, de votre famille ou du personnel soignant à domicile, dans les maisons de retraite, à l’hôpital ou dans les EHPAD, de devenir inutiles, d’être un poids pour la société. Pourtant, aujourd’hui comme hier, nous vous disons : « vous êtes nos frères, et nos sœurs humains, » « vous demeurez des personnes humaines. » Et nous qui pouvons marcher, agir, parler et réfléchir, notre foi chrétienne nous redit : « Ces malades, ces personnes âgées ou handicapées, elles ont toujours du prix aux yeux de Dieu. Elles restent aimées de Dieu. Elles sont parmi nous le visage du Christ défiguré de la Passion. Allons-nous passer à côté sans les voir ? Sans essayer de les servir, sans découvrir en elles une image de Dieu-Amour ? » ------------------------------------------------------------------------------ Dans une société qui valorise le bien-être, la performance, la santé à tout prix, avec même le projet fou de changer toutes les pièces de notre corps au fur et à mesure qu’elles s’usent, notre attention aux plus fragiles d’entre nous n’est pas du temps perdu. Au contraire, nous sentons bien qu’un monde de robots ou le monde aseptisé qu’on nous promet serait de plus en plus invivable, sec, dur et inhumain. S’il n’y a pas le respect du plus faible dans notre société, et à plus forte raison dans notre Eglise, alors manquera l’essentiel qui donne sens à notre vie : l’AMOUR et le DON de SOI. L’enfant handicapé, par sa seule présence, appelle notre attention et notre service ; en réponse, son sourire est notre récompense. La personne âgée dépendante qui ne peut plus communiquer avec nous reste membre de notre famille : nous ne savons pas jusqu’à quel point nos attentions, le contact de nos mains, notre présence amicale, filiale ou fraternelle, peuvent, malgré tout, la rejoindre et l’accompagner dans sa prison invisible.


Nous avons à continuer aujourd’hui le service des malades et des plus faibles, en demandant d’avoir l’attitude de Jésus envers eux. Merci à toutes les personnes qui prennent du temps pour visiter leurs proches et leurs amis malades, chez eux ou dans les maisons de retraite ou de soins. Merci à toutes les personnes qui, bénévolement, ont répondu à l’appel de l’Eglise et se sont mises au service des malades, des personnes âgées et dépendantes, des personnes handicapées, dans les hôpitaux, les Maisons de Retraite, les EHPAD. Il y a encore et toujours des besoins pour rencontrer, écouter et consoler, mais aussi pour recevoir, en échange, de la part de ceux qui sont malades, handicapés ou très âgés. Nous recevons plus que nous ne donnons.