Pour pouvoir afficher et utiliser le menu de ce site :
- Une version récente de Flash Player doit être installée sur votre ordinateur.
- Votre navigateur doit être configuré pour pouvoir utiliser Javascript.

Accueil du site > Actualités > Méditons, prions.... pendant l’été

Actualités


Méditons, prions.... pendant l’été

Et Que Çà Change !


Publié le 18 juillet 2016


"Une fois de plus, à cause d’une petite déception, Romuald est sorti de ses gonds. Il crie, s’emballe, hurle, vocifère.

Encore un coup de colère ! s’écrie sa femme. Il faut que ça change : c’est tous les jours pareil !

La salle de séjour est jonchée de jouets dans le plus grand désordre. Remettez-les en ordre, les enfants ! proclame le père. Combien de fois faudra-t-il vous le répéter ? Il faut que ça change !"

"Il faut que ça change", c’est bien ce que disent tant de personnes autour de nous. Pas seulement lors des défilés dans la rue, dans les "manifs" syndicales, politiques ou autres, quand on revendique sur l’air des lampions, mais aussi dans la vie de tous les jours. "En France, le provisoire est éternel, quoique le Français soit soupçonné d’aimer le changement". Cette affirmation ne date pas d’aujourd’hui. C’est le célèbre romancier Balzac qui, déjà en son temps, faisait ce constat.

Et pourtant, on n’a jamais assisté à autant de transformations et de changements de toutes sortes qu’à l’heure actuelle. Si nos ancêtres pouvaient revenir sur terre, ils seraient bien incapables de se reconnaître tant sont innombrables les bouleversements techniques et les modifications profondes de la société, en particulier depuis le dix-huitième siècle.

Ce qui n’empêche pas, bien au contraire, que l’on réclame à juste titre, de toutes parts, d’indispensables changements à tous les échelons. A tel point que, lors d’une récente campagne électorale en notre pays, les candidats de tous bords ont fait du changement la base de leur programme.

Et depuis, on continue à réclamer de plus belle :
Il faut que ça change !

Mais soyons réalistes
Comment et par qui cela se fera-t-il ?

Pasteur Lucien Clerc